Eastern Bloc, Montréal, Canada
25 avril 2012

« John Boyle-Singfield utilise un large éventail de médias incluant entre autres la vidéo et la peinture. Il met en écho la place de ces médias dans un monde saturé par les contenus à l’heure du média global qu’est Internet. L’artiste s’engage dans plusieurs stratégies, notamment l’appropriation, et travaille sur la notion de « non-auteur » dans ses productions artistiques.

L’œuvre Playtime In no Particular order est une compilation d’extraits du film Playtime de Jacques Tati. L’artiste se livre ici à un exercice simple de montage, en faisant se suivre plusieurs scènes clefs du film. Cette exercice, posté par la suite sur le web en accès libre, permet de se jouer du spectateur afin de tester ce dernier. Se rendra-t-il compte que les images qui lui sont présentées ont été manipulées ? Le glissement entre l’original et la copie, subtilement amené, permet de se poser la question de la traçabilité des contenus que l’on peut trouver sur la toile. 

D’autres œuvres de John Boyle-Singfield seront aussi exposées dans la galerie, notamment deux peintures qui s’inspirent des usages et des codes d’internet : Dialogues déserts représente par exemple les mots « Comments are disabled on this painting », et 000000 & 00245ff montrent les codes html des couleurs noires et bleu foncé. Ce travail explore la production et la dissémination de l’art dans un monde saturé par les nouvelles technologies. »